Partagez
 

 Contexte

Aller en bas 
Père-de-Tout
Père-de-Tout
Maître du Jeu
Maître du Jeu
Messages : 35
Messages RP : 0


Au cœur de la Vallée


La Vallée. Cette région où vivent les Quatre Tribus de l'Alliance, sous la protection du Père-de-Tout. Encerclée par les hautes Montagnes de Fer, la Vallée est un endroit unique au monde, un endroit où la faune est d'une diversité incroyable. Le Désert Rouge de l'est est brûlant, aride, mais les Afrikaners y vivent avec sérénité, très adroits pour dompter les Neo. Au fil de la rivière qu'on nomme Sang du Père, les Karuk se sont installés, particulièrement doués dans la chasse et la pêche. La Forêt de Jade abrite les fiers Wajin, experts dans le camouflage et la chasse aux Neo, d'agressifs animaux-machines. Aux pieds des Montagnes de Fer s'étendent les villages des Fingal, protecteurs des autres tribus et veilleurs des frontières. Les Quatre Tribus sont sous la protection du Père-de-Tout...

C'est le Père-de-Tout qui veille sur ses tribus, du haut de sa montagne, dans un silence qui n'a jamais été brisé depuis qu'il est là, depuis des lunes et des lunes...Grâce aux Éveillés, ses élus, et aux Lucioles, des êtres étranges doués de conscience liés aux Éveillés, le Père-de-Tout voit tout, sait tout, il est le bienveillant père des tribus, de la Vallée, de tout ce qui existe. Sauf des Neo. Les animaux de métal. Les machines issues du monde des Anciens, des Ruines de Métal, dangereuses et sauvages pour la plupart d'entre elles. Elles attaquent les hommes, les animaux, c'est leur manière de vivre, leur manière d'être et seules certaines sont domptables. Mais malgré cela, c’est un monde calme et paisible, les tribus vivent en harmonie, les Éveillés et leurs Lucioles veillent sur la Vallée et sur chaque être vivant qu'y trouve. Oui, c'est un monde paisible et où il fait bon vivre.

Du moins…C’est censé l’être. Mais depuis que les Umbra sont là, la Vallée sombre peu à peu dans la peur. Les Quatre Tribus ignorent ce que veulent les Umbra, la seule chose certaine est qu’ils détestent le Père-de-Tout et ne croient pas en ses miracles. Ils pillent et tuent les Quatre Tribus, s’en prennent à tout ce qui représente le Père-de-Tout et sont des dangers que même les Éveillés n’ont pas encore réussi à enrailler. Ils ont même osé attaquer l'Eveil, l'un des rituels les plus sacrés de l'Alliance, tuant tout sur leur passage, décimant un village entier dans le seul but de s'attaquer au Père-de-Tout...

L’attaque lors de l’Eveil n’était qu’un début, que vont faire les Umbra maintenant… ? Que veulent réellement les Umbra… ? Ne sont-ils que les monstres sans pitié qu'ils semblent être...?



COMPTE PNJ - NE PAS MP
https://sotm-rpg.forumsrpg.com/ http://sotm-rpg.forumactif.com/f18-moeurs-tribales
Père-de-Tout
Père-de-Tout
Maître du Jeu
Maître du Jeu
Messages : 35
Messages RP : 0


Un Éveil pas comme les autres


Complément de contexte facultatif

Le soleil se levait sur la vallée, répandant sur les forêts et les plaines sa lumière dorée avec lenteur, apparaissant derrière les montagnes enneigées. Kara regardait la vallée se couvrir d’or depuis un rocher haut perché sur la montagne. La buée sortant de sa bouche s’élevait dans l’air glacial des hauteurs et elle n’entendait que le vent siffler entre les quelques arbres qui avaient réussi à pousser au milieu des pierres et des roches. Elle savait qu’elle devait se presser, gravir le plus de chemin possible par jour, mais elle ne pouvait s’empêcher de regarder ce spectacle : on ne voyait pas cela tous les jours. Et elle pouvait bien s’accorder une petite pause, après tout, elle venait de passer cinq jours à gravir la montagne, sans relâche, ne se reposant que du coucher au lever du soleil. Elle avait entrepris cette ascension dans un seul but : rencontrer le Père-de-Tout. Parmi les Quatre Tribus, tous les jeunes hommes et femmes voulaient tenter cette ascension, pour rencontrer celui qui avait créé toutes choses, pour espérer être parmi ses élus : les Eveillés.

Faire partie des Eveillés du Père-de-Tout était un honneur au-delà des mots, mais également un immense sacrifice. Kara le savait. Tous ceux qui tentaient cette ascension le savaient. Devenir un Eveillé, c’était perdre sa famille, perdre son identité, perdre sa vie, en quelques sortes, pour la consacrer entièrement au Père-de-Tout, à la Vallée et aux Quatre Tribus. Aussi, même si beaucoup en rêvaient, ils étaient peu, au final, à tenter de rencontrer le Père-de-Tout, et chaque année il y avait moins d’une vingtaine de candidats pour ce que tous appelaient l’Eveil. Sur cette petite vingtaine, un quart environ n’arriverait jamais au bout de l’ascension et parmi les candidats encore en vie, peut-être trois ou quatre seraient choisis par le créateur de toutes choses, si ce n’était aucun. Les Eveillés étaient rares et voilà pourquoi ils faisaient rêver tant de jeunes gens, pourquoi beaucoup voulaient de ce pouvoir offert par le Père-de-Tout…

Kara était partie avec la conviction d’arriver au sommet, elle pouvait le faire, elle s’était entrainée et savait qu’elle avait les capacités suffisantes pour parvenir en haut de la montagne. Ce qu’elle ne savait pas, c’était si elle serait choisie ou non. Elle y croyait. Elle voulait y croire en tout cas. Parce qu’elle n’avait rien d’autre en quoi croire, qu’elle était une Sans-Nom de la tribu Wajin et qu’elle n’avait personne pour la retenir ou qu’elle pourrait regretter. Elle avait attendu d’avoir le bon âge, passant ses journées à pratiquer l’escalade et la chasse dans le seul but de participer à l’ascension. Elle avait attendu toute l’année, après que son anniversaire soit venu, que les candidats à l’Eveil soient appelés à se présenter. Ils avaient été dix-huit cette année et quand elle avait vu les autres jeunes gens, elle savait qu’elle pouvait être choisie : elle était meilleure que les autres et elle le savait parfaitement.

Se détournant enfin de la vallée, la jeune femme reprit son ascension de la montagne. Elle savait qu’il lui restait encore plusieurs jours avant de pouvoir enfin atteindre le sommet et elle ne devait pas perdre de temps. Bien entendu, l’Eveil n’était pas une course, mais c’était toujours plus prestigieux d’être le premier en haut, plus satisfaisant également. Pendant encore trois jours, elle continua son ascension, pour enfin atteindre un plateau enneigé et froid à la fin de la huitième journée de son voyage. Elle ne voyait aucun des autres candidats, ni feu ni campement sommaire, rien d’autre que la neige des roches. Elle fit vite, se trouvant un abri sous un rocher pour y faire un feu et se réchauffer pour attendre de voir si d’autres arrivaient. Elle pouvait être la première mais elle ne serait pas la seule à arriver ici, ils étaient censés s’attendre, se présenter ensemble devant le Père-de-Tout.

Alors que la nuit était tombée depuis une bonne heure au moins, des bruits dans la neige attirèrent l’attention de Kara. Elle sortit de son abri, le feu étirant sur la neige son immense ombre, et scruta les ténèbres à la recherche de l’origine du bruit. Une silhouette passa dans son champ de vision mais elle la perdit de vue. Tout le monde savait qu’aucune Ombre n’approchait du Père-de-Tout, ils en avaient peur et ils avaient raison, alors Kara n’était pas méfiante, elle savait que cela ne pouvait être que l’un des candidats. Quand la silhouette réapparut, Kara reconnut l’un des autres candidats, un jeune homme qui venait de la Tribu VIKING, qui passa à côté d’elle pour aller s’asseoir à côté du feu. Ils discutèrent brièvement, il était arrivé depuis une journée mais n’avait pas pu faire de feu, il avait perdu sa pierre à feu pendant l’ascension. Ensemble, ils attendirent encore trois jours avant de convenir qu’ils étaient tous là. Ils étaient douze à avoir réussi l’ascension.

Ce fut ensemble que les candidats continuèrent leur chemin au travers de la neige, traversant le col qui permettait de passer de l’autre côté de la montagne. Ils le virent immédiatement, sur un plateau en contre-bas du col : le Père-de-Tout. Il était immense, fait d’une tête de métal couchée sur le côté, d’où s’échappaient de longs tentacules faits dans la même matière que la tête. Les tentacules s’étiraient sur le plateau et remontait dans la montagne alentours, ils devaient mesurer plusieurs centaines de mètres. La de la tête était arrondie à sa base, plus large que le haut, et s’évasait jusqu’à devenir pointue au bout, elle mesurait à elle seule quelques cinquante mètres de long et peut-être une quinzaine de haut. Ils eurent tous le souffle coupé. Il était interdit pour les Eveillés et les anciens candidats de parler du Père-de-Tout, de son apparence, de ce qu’ils avaient ressenti en comprenant sa puissance, c’était tabou. Mais ce que tous ressentaient en cet instant était tellement indescriptible qu’ils ne voyaient même pas comment en parler en retournant dans leurs villages.

Il leur fallut la moitié d’une journée pour descendre jusqu’au plateau où se trouvait le Père-de-Tout et encore une demi-journée pour l’atteindre. Mais une fois devant, ils se sentaient si minuscules, si insignifiants que tous perdirent toute confiance en eux, toute certitude qu’ils étaient l’un des élus et qu’ils seraient bientôt des Eveillés. Le créateur de toutes choses semblait endormi mais il émanait de lui quelque chose d’indicible, une puissance latente, un peu comme si vous vous penchiez au-dessus d’un océan pour y discerner une sombre et dangereuse chose enfouie en sommeil mais qui pourrait engloutir le monde d’un seul coup si elle venait à sortir de son sommeil. Tous les candidats en étaient conscients. En fait, tous les candidats étaient actuellement pleinement conscients qu’ils n’étaient absolument rien et que leur monde ne tenait qu’au Père-de-Tout, qu’à ce géant de métal endormi et à y rien d’autre.

Hésitants, les douze jeunes approchèrent pas à pas, jusqu’à se trouver à quelques mètres à peine du Père-de-Tout, levant la tête pour constater son immensité. Il n’y avait presque aucun bruit, à part le son de leurs respirations haletantes, comme si il n’y avait aucun animal autour du géant de métal. Aucun d’entre eux ne savait ce qu’il était censé se produire maintenant, personne ne leur avait parlé de ça et il leur semblait qu’ils devaient attendre quelque chose, sans comprendre ni savoir quoi. Mais la patience n’était pas la principale qualité de tous les candidats et l’un d’entre eux, un grand jeune homme blond de la tribu Afrikaner, ne voulait pas attendre plus longtemps et avança jusqu’à toucher le Père-de-Tout, coupant le souffle à tous les autres. Ils étaient presque tous persuadés qu’ils ne devaient pas faire ça, que c’était une sorte de blasphème et qu’ils seraient punis, d’une manière ou d’une autre. L’une des jeunes femmes s’énerva et cria après celui qui avait osé toucher le créateur de toutes choses. En très peu de temps, toute la troupe s’emporta et se divisa en deux camps : ceux qui voulaient attendre, respectueux, et ceux qui perdaient patience et refusaient d’attendre encore que quelque chose se passe.

Une voix retentit dans leur dos alors qu’ils en étaient venus aux mains et se disputaient comme des enfants, rompant le silence avec leurs cris. La voix était légèrement métallique mais assez forte pour surpasser leur vacarme. Ils s’arrêtèrent pour regarder l’origine de la voix. Une petite sphère flottait à hauteur d’homme, quelques pas devant eux, une petite lumière bleu brillait en son centre et semblait cligner, presque comme un œil. La voix se fit entendre à nouveau : elle provenait vraiment de cette chose flottante, pas de doute possible. Il était ce que tous appelaient une Luciole, ce qui transformait un candidat en Eveillé. Ils étaient tous surpris, du simple fait de le voir déjà mais aussi parce qu’il était seul : il n’y avait qu’une Luciole. Ils comprirent tous vite qu’il n’y aurait qu’un seul Eveillé choisi parmi eux tous. Et en se rendant compte de ça, ils se remirent tous à se battre, à se sauter dessus, pour prouver qui était le plus fort, qui était le plus méritant, qui devait être choisi lors de l’Eveil.

Seule Kara s’était écartée du groupe, ne voulant pas prendre part à cette bagarre, pas devant la Luciole, pas devant le Père-de-Tout, c’était irrespectueux…Elle ne comprenait même pas l’attitude des autres candidats, ce n’était pas concevable de faire cela. La Luciole vint jusqu’à elle et sembla soupirer, en la regardant, avant de se mettre à briller d’une lueur bleutée. Même si elle aurait voulu s’en empêcher, Kara avança la main vers la petite chose lumineuse et la toucha du bout du doigt. Une vague d’énergie la traversa, de son doigt jusqu’à ses orteils, jusqu’à la pointe de ses cheveux, absolument partout. Elle se sentit grésiller, gonflée à bloc et à bout de souffle. Les crépitements dans l’air à cause de la décharge énergétique prirent de court tous les candidats, qui s’arrêtèrent et se tournèrent tous vers elle, surpris et choqués. Elle était l’élue du Père-de-Tout cette année, elle était l’unique Eveillée choisie et ça, ils trouvaient tous ça vache.

Kara, quant à elle, était changée. Devenir un des Eveillés ne se faisait pas sans heurt. Sa perception était tout autre : elle ressentait les choses différemment, plus profondément que jamais. Elle posa un regard calme et serein sur la Luciole avant de se tourner vers les autres candidats. Ils étaient tous déçus et certains jetaient sur elle des regards emplis de jalousie et de convoitise, mais elle s’en fichait bien, elle savait ce qu’elle avait à faire, où elle devait se rendre. Être Eveillé, c’était aussi cela, même si il lui faudrait encore un peu de temps pour tout comprendre, pour tout intégrer, mais il y aurait des gens pour l’aider, d’autres Eveillés plus expérimentés. Pour l’heure, elle devait retourner à la tribu Fingal, ramener les candidats.

°°°°°

La descente fut plus simple que la montée, moins longue, et les candidats furent tous rentrés au village Ysterpad au bas de la montagne en quelques jours. Tout le monde les attendait, des gens des quatre tribus, tous étaient là pour l’Eveil, pour savoir ce qui s’était passé, qui avait été choisi, qui n’avait pas réussi à l’Eveil…Il y eut une grande fête le soir de leur retour, pour célébrer l’éveil de Kara, le retour des autres, même si ils n’avaient pas réussi. Et alors que la fête battait son plein, au milieu de la nuit, ils entendirent les tambours, aux sons sourds, hurlant dans le noir à un rythme effréné.

L’attaque fut rapide : les Umbra étaient efficaces. Il y eut à peine plus que quelques cris de panique, quelques éclats lumineux dans la nuit lorsque les lames sortirent de leurs fourreaux pour faire leur office…Quelques minutes à peine, mais quelques minutes de pure terreur pour les villageois, pour les candidats, même pour les guerriers présents là pour protéger et défendre, juste quelques minutes et tout était fini. Le calme était revenu au village, il n’y avait plus aucun son en dehors du bruit rassurant et habituel de la nuit. Les Umbra, un à un, vinrent en pleine lumière, au centre du village où ne restait qu’un seul survivant : Kara.

La jeune Eveillée était prostrée, au milieu de la place du village, à regarder le vide. Sa Luciole était cachée dans les replis de ses vêtements et tâchait de la calmer d’une voix douce sans que cela ne change rien. L’un des Umbra, plus grand que les autres, s’approcha d’elle et ôta son masque, la détaillant, la tête penchée sur le côté. S’accroupissant, il leva une main vers elle, écartant des mèches de cheveux de son visage figé, sans expression. Lui non plus n’avait aucune expression sur le visage, ni sourire sadique, ni mine triste, juste la neutralité la plus froide. Les yeux de Kara se relevèrent vers lui, se plongeant dans les siens et elle n’y vit nullement l’horreur à laquelle elle s’attendait, pas d’horrible plaisir à avoir décimé tout un village, pas de folie à peine contenue qui aurait pu justifier ces actes barbares.

« Je sais que cela fait beaucoup, » murmura-t-il de sa voix grave et profonde. « D’abord ton Eveil, puis maintenant ça…Mais tu as le choix. Tu peux demeurer une Éveillée, vivre avec ce qui s’est passé ici et constater que tout ce que vous autres, les serviteurs de ce faux dieu, faites ne sert à rien…Ou…Tu peux nous rejoindre, devenir une Umbra et te battre pour changer les choses, empêcher ce faux dieu de continuer à répandre ses mensonges. » Les yeux de Kara ne quittaient pas ceux de l’homme, ce qui s’était passé là…Ce n’était pas juste la fin du village, ou la mort de ces habitants, Kara avait compris une composante essentielle de sa nouvelle vie : elle ne pouvait mourir. Les traces de sang sur ses vêtements étaient celles de son propre sang, répandu par l’un des Umbra. Mais la Luciole l’avait ramenée. Et elle savait que la Luciole la ramènerait toujours, quoi qu’elle dise, quoi qu’elle fasse, elle ne connaitrait jamais la paix qu’accordait la mort…

L’Umbra n’ajouta rien, Kara non plus. Lorsqu’il se releva, elle continua de le fixer, l’imitant après quelques secondes d’hésitation. Pouvait-elle vivre avec ce qu’elle avait vu ce soir ? Avec ce qu’elle savait du Père-de-Tout, de sa Luciole… ? Elle ne savait pas si elle avait envie de le savoir, si elle voulait vraiment faire partie des Eveillés…Ou si faire partie des Umbra était mieux…Mais elle hésita peu avant de partir avec les Umbra, avant de rejoindre leurs rangs. Qu’avait-elle d’autre de toute manière… ? Ni famille ni vraiment d’ami. Les Umbra furent sa famille, une vraie famille pour la première fois de sa vie.



COMPTE PNJ - NE PAS MP
https://sotm-rpg.forumsrpg.com/ http://sotm-rpg.forumactif.com/f18-moeurs-tribales
Père-de-Tout
Père-de-Tout
Maître du Jeu
Maître du Jeu
Messages : 35
Messages RP : 0


Histoire de la Vallée


Histoire de la Vallée, des tribus, chronologie, etc.



COMPTE PNJ - NE PAS MP
https://sotm-rpg.forumsrpg.com/ http://sotm-rpg.forumactif.com/f18-moeurs-tribales
Contenu sponsorisé

 
Contexte
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Songs of the Mountain :: Techniques de survie :: Lois tribales-
Sauter vers: